La reliure: typologie

Pas grand-chose sur la toile qui décrive les différents types de reliures disponibles sur le marché. On a parfois de la peine à sortir des thermocollés PUR et autre piqués-pli. C’est bien dommage car la reliure contribue hautement à la personnalité de la brochure ou du livre, au point d’en faire un objet à part. Voici donc une petit catalogue des solutions proposées par les relieurs.

Piqué-pli

C’est la reliure la plus simple et la plus économique, pas forcément la plus esthétique! Deux agrafes (ou plus) assemblent des formes pliées de 4 pages. La principale contrainte est le nombre de pages que peuvent mécaniquement maintenir les agrafes et la déformation que la brochure peut subir quand son épaisseur augmente.

 

Thermocollée

Une pile de feuillets simples est prise dans une bande de colle prise à chaud dans une couverture rainée, avec un dos carré. Les multiples de deux pages sont possibles. Le thermocollage PUR utilise une colle plus performante, qui prévient le détachement des pages à l’usure. Une reliure courante qui reste abordable, en particulier sur des  tirages importants. L’inconvénient est que la brochure ne peut s’ouvrir à plat.

 

Bande thermocollante

La bande thermocollante est un procédé permettant d’assembler une faible quantité de feuillets de manière simple et peu onéreuse. Elle nécessite plusieurs étapes de manutention et n’est donc pas adaptée à un grand tirage. La bande n’est pas forcément très esthétique mais elle peut donner un aspect de cahier ancien intéressant. Elle s’ouvre malheureusement encore moins qu’une reliure thermocollée.

 

Reliure "suisse"

Un cahier relié à la bande thermocollante est contrecollé dans une couverture, lui donnant un aspect extérieur parfaitement fini, une faible épaisseur et une large ouverture.

 

“Z-bind”

Deux brochures thermocollées sont sont réunies par leurs couvertures. Cette reliure est intéressante pour séparer clairement deux contenus complémentaires, comme par exemple un rapport annuel et un rapport financier.

 

Thermo-cousue

Des cahiers sont assemblés par une couture au fil avant d’être thermocollés dans la tranche de la couverture. Le résultat est une brochure très résistante, d’une très grande durée de vie et se prête donc bien aux livres et manuels qui doivent être fréquemment manipulés. Multiples de 4 pages obligatoires.

 

Livret cousu

Un livret rassemble au fil des cahiers. Le fil est apparent et le livret reste donc sans couverture. L’aspect est très brut et artisanal. La reliure peut bien s’ouvrir à plat. Multiples de 4 pages obligatoires.

 

Cousu fil de travers (ou “reliure Singer”)

Le cahier es passé à la machine à coudre, reliant les formes avec des points rapprochés. Une opération manuelle, mais une reliure relativement simple.

 

Livre relié

Les cahiers sont assemblés au fil, puis collés sur toute la surface à l’intérieur des plats de la couverture. C’est sans doute la reliure la plus noble et la plus durable. Elle s’articule et s’ouvre parfaitement, ce qui a un prix bien évidemment. C’est pourquoi on l’utilise surtout pour les beaux livres.

 

Fil 3 points

Une reliure très simple, basée sur un fil épais, noué, traversant en trois points une pile de feuillets simples. Le procédé étant très artisanal, il convient peu aux grands tirages. La reliure ne s’ouvre pas très facilement et l’aspect est très brut.

 

Japonaise

Le système repose sur un fil épais, traversant en de multiples points une pile de feuillets. Cela lui confère un aspect plus fini que le reliure au fil à trois points, ainsi qu’une note exotique. Mais celle-ci a les mêmes inconvénients que la précédente.

 

Reliures à l’élastique

Beaucoup de solutions artisanales peuvent être envisagées pour relier une brochure au moyen d’un élastique. Ici, la couverture est rainée et pliée 6 fois pour que l’ouverture du document ne force pas sur la reliure, et donc que l’élastique reste en place.

 

Livre d’heures

Des formes de 4 pages sont encartées les unes dans les autres et regroupées obligatoirement en deux cahiers, maintenus ensemble par un grand élastique. Cette reliure n’est pas des plus pratiques à manipuler, mais il n’y a sans doute rien de plus simple ni de meilleur marché pour des tirages... confidentiels.

 

"Flipbook"

Une autre application particulière de reliure à l’élastique. Une pile de feuillets simples et deux plats de couverture sont entaillés pour êtres réunis par un gros élastique. Cette reliure rudimentaire ne permet évidemment pas une ouverture confortable du document.

 

Boulon

Une pile de feuillets et la couverture sont perforés dans un angle et assemblés par un boulon et un écrou (métal ou plastique). Les pages peuvent donc êtres consultées une à une en éventail.

 

Wiro A

La reliure Wiro la plus classique. Une pile de feuillets et deux plats de couverture séparés sont perforés et reliés par une spirale métallique. La reliure s’ouvre à la perfection et est très résistante, mais la spirale est peu esthétique et le procédé est assez coûteux. C’est pourquoi on l’utilise principalement pour la production de manuels.

 

Wiro B

La pile de feuillets intérieure est ici encartée dans une couverture à dos carré (une forme rainée et pliée deux fois), ce qui la rend beaucoup plus élégante. La double perforation se trouve au dos, et n’est donc apparente qu’en quatrième de couverture.

 

Wiro C

La pile de feuillets est ici reliée avant d’être collée en troisième de couverture d’une forme pliée et rainée deux fois. La spirale métallique est donc totalement invisible quand la reliure est refermée.

 

L'agence colegram remercie chaleureusement Monsieur Didier Stauffer de Reliure Service SA, dont la précieuse consultation l'a aidée à compiler ces informations.