Réaliser un eBook avec InDesign: introduction et outils

Réaliser un ebook est une tâche qui peut être très simple ou très laborieuse selon la méthode et les outils utilisés. InDesign reste incontestablement le meilleur outil pour gérer de grands quantités de contenus textes et images, mais ses fonctions d’export sont malheureusement lacunaires, ce qui oblige à retravailler certains éléments du dossier exporté.

Introduction

Un eBook, ou livre électronique est un document reposant sur un contenu au format html, mis en forme par une feuille de style css. Le ou les documents html, la ou les feuilles de style css, les polices opentype, les imports (images principalement) et des métadonnées au format xml sont rassemblés dans un dossier compressé avec une extension .epub pour les terminaux Apple (iBooks), Sony, etc. ou avec une extension .mobi pour la plateforme Amazon (Kindle). Ces fichiers sont compatibles avec de très nombreux terminaux, smartphones, tablettes, liseuse ou ordinateurs, mais leur mise en forme est retranscrite de manière très différente d’un terminal à l’autre.

La première variable à considérer est le format adaptatif. Les tailles d’écrans sont multiples, et le lecteur dispose de la possibilité de modifier la taille d’affichage du texte, et même la police du corps de texte qu’il souhaite pour son confort de lecture. Par ailleurs, certains terminaux gèrent la notion de ligne orpheline et d’autres non. Le format epub permet d’embarquer une police personnalisé, mais les Kindle d’Amazon n’autorisent pas l’intégration d’une police particulière. Certains appareils disposent d’un écran couleur, d’autres d’un écran noir-blanc (e-ink). Cette liste, non exhaustive, rend évident le constat suivant: les variables sont telles qu’il faut principalement travailler sur des rapports de proportions et les contrastes de couleur entres les différentes hiérarchies de texte, que sur l’esthétique même des polices et de leur mise en forme.

Les images peuvent s’afficher à une taille fixe, mais cela n’a pas de sens si l’on ne connaît pas la résolution de sortie du terminal de lecture. On définit donc une proportion entre la largeur de l’image et celle de la justification totale disponible. Les contenu est quant à lui composé d’un texte continu, avec des images ancrées dans ce texte. La pagination est fluctuante puisque les tailles d’écrans et de polices varient. Exit donc la notion de colonnes multiple, tout simplement ingérable, et prudence dans la composition des tableaux: en effet, que donnerait un tableau de 6 colonnes sur un écran d’iPhone? La plupart des designers d’eBook recommandent donc de pixelliser les tableaux afin d’en assurer au minimum l’intelligibilité.

Logiciels disponibles

Les logiciels capables de générer un format .epub sont de plus en plus nombreux – normal puisqu’il ne s’agit que d’une technologie html/css déjà très éprouvée – mais avec des résultats très différents. Microsoft Word et Apple Pages permettent de le faire. Apple propose même un logiciel iBook Author qui retranscrit un document Pages au format ePub et permet de le mettre en ligne au moyen d’iTunesConnect, la plateforme d’édition mise à disposition par Apple. Le problème de ces solutions est qu’elles ne permettent que très peu de personnalisation. Faire un travail soigné et surtout à la carte pour un client devient vite problématique.

InDesign est très efficace pour gérer de grandes quantités de texte, et il permet le cas échéant de travailler sur une version destinée à l’impression et à la publication électronique. Il est en effet tout à fait envisageable de configurer un seul document source pour aboutir aux deux types de publications (avec tout de même un remplacement des images JPEG ou PNG, substitution des basses définition, remplacement des couleurs RVB, gestion des recouvrements, caractères spéciaux et espaces insécables, etc!!!). InDesign est capable depuis sa version CS3 d’exporter des contenus au format epub. Son gros défaut reste cependant la très mauvaise adéquation entre les feuilles de style d’InDesign et le fichier CSS généré. Si InDesign demeure à mon avis le bon point de départ pour créer un eBook, il faudra pourtant lui donner un sérieux coup de pouce pour arriver à ses fins.

Calibre est un sharerware très pratique qui comprend à la fois une interface de lecture (bibliothèque et affichage des livres) et de conversion des ebook (export au format epub ou mobi à choix). Il n’est toutefois pas capable d’éditer en détails un fichier epub.

Reader de Sony, permet de lire un epub sur un mac ou un PC, et donc de vérifier sa mise en forme
Adobe Digital Editions également
Kindle Previewer permet de lire un mobi sur un mac ou un PC, et donc de vérifier sa mise en forme

Sigil est un shareware qui permet de décompacter un fichier epub et d’intervenir directement dans sa structure. On peut aisément corriger le ode html du contenu, remplacer un fichier de métadonnées, corriger une feuille de style css, etc., avant de recompter l’ensemble. Cet outil, bien qu’il soit parfois critiqué pour souffrir de certains bugs, peut être un atout précieux pour peaufiner un fichier epub.

Jutoh est un logiciel payant, mais très abordable, permettant de créer un ebook de toutes pièces à partir d’un texte source (open office .odt). Il permet d’importer un fichier epub, mais traduit mal sa mise en forme. Il est donc plutôt destiné à des auteurs qui ne disposent pas de logiciels de mise en page professionnels. Il rend peu service aux graphistes pour les problèmes évoqués précédemment.

ePub-Zip permet de compresser un dossier au format epub
ePub Packager permet de décompresser un fichier epub
ePub Checker permet de vérifier la conformité d’un fichier ePub

Dreamweaver est un excellent éditeur html WYSIWYG. Idéal pour retravailler les feuilles de styles CSS, il l’est moins pour intervenir dans le contenu, car ses focntionnalités, ne sont pas très adaptées à de grandes quantités de texte. Il ne permet en outre pas d’exporter un contenu au format epub.

Moralité de l’histoire: il n’existe à ce jour aucun éditeur de eBook, ergonomique, pratique et fiable, rassemblant toutes les fonctionnalités nécessaires. Si certains éditeurs spécifiques, comme Jutoh, sont censés le faire, il feront sans doute perdre beaucoup trop de temps pour réaliser l’ensemble. On ne peut donc en définitive que “bricoler” en tirant parti des loints forts de différents logiciels disponibles.